100 façons de se faire obéir

                                   Comment se faire obéir ?

 

Après avoir participé au débat qui anime l’actualité sur les châtiments corporels, je me suis plongée dans le livre d’Anne Bacus, 100 façons de se faire obéir (sans cris ni fessées), et je l’ai trouvé très instructif.

Si on a une attitude autoritaire et des rapports de subordination, les enfants dominés vivent dans la peur, les interdits incessants induisent de la culpabilité, des attitudes de défense ou des révoltes.

Une attitude permissive crée un enfant qui est son propre maître. Il est intérieurement anxieux, il n’y a pas d’adulte qui le sécurise.

Il faut donc avoir une attitude « d’autorité éclairée ». Autrement dit, se montrer des parents inconditionnellement affectueux qui communiquent avec respect et se font comprendre de leurs enfants.

Voici quelques conseils :

1) Évitez les étiquettes, les jugements définitifs, car les enfants se conforment à ce que l’on pense d’eux.

2) Un comportement qui a une conséquence positive a tendance à se reproduire. Tous les comportements sont appris.

3) Le règlement d’un conflit se joue en plusieurs étapes :

– Identification du problème (reformuler le problème).

– Recherche de solution (faire l’inventaire des solutions).

– Prise de décision (chacun argumente, négocie, modifie, discute…).

– Passage à l’action.

– Évaluation (faire le point).

Il faut garder son calme durant chaque étape. La colère provoque l’affrontement qui peut être le désir de l’enfant, or un comportement qui a une conséquence positive a tendance à se reproduire. N’oubliez pas le moment de la réconciliation, surtout si l’enfant est encore petit, car il pourrait croire qu’il n’est pas aimé.

4) Laissez se produire les conséquences naturelles si ce n’est pas dangereux pour l’enfant, car l’expérience est la meilleure des éducations. Les conséquences doivent être logiques bien sûr.

5) Expliquez-vous brièvement afin de montrer que votre éducation est cohérente et que vos demandes ont du sens. Ne cherchez pas l’accord de vos enfants. Mieux vaut des actes que des discours.

6) Écoutez toujours attentivement vos enfants et apprenez à décoder les messages qu’ils envoient. Il faut comprendre leurs désirs, leurs envies, leurs impulsions.

7) Offrez des options limitées entre deux choix qui vous conviennent aussi, cela limite la frustration ; accepter le choix de l’enfant développe alors sa confiance.

8) Si votre enfant a du mal à réaliser une tâche, divisez-la pour la simplifier. Puis félicitez-le largement.

9) Partagez du temps, des jeux, des activités sportives ou artistiques, différentes tâches, c’est ce qui renforce l’attachement.

10) Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Si une stratégie éducative ne fonctionne pas, changez de méthode, prenez du recul, analysez la situation afin de gripper le mécanisme. Si vous changez l’environnement et les conditions, votre enfant changera.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s