Avec les big data, 1984, c’est maintenant !

 

Les objets connectés, le développement de l’intelligence artificielle, l’émergence de sociétés de plus en plus robotisées favorisent la collecte d’informations diverses et variées. Ces données très précieuses devraient faire économiser des milliards d’euros à ceux qui les exploitent ! Même si, que l’on puisse suivre nos vies et essayer d’entrer dans notre subconscient  fait peur, on prend de plus en plus conscience que cela est déjà une réalité. Peut-on se passer de Google pour autant ? Le problème, c’est que si la science évolue, les êtres humains restent, eux, les mêmes et que nos données peuvent être utilisées à mauvais escient. On doit donc trouver des solutions pour garder un contrôle sur ce que nous partageons.

D’un autre côté, on observe que les data sont utilisées par toutes les entreprises les plus performantes. Leur retour sur investissement est intéressant. Elles collectent donc nos données, en extraient des informations, ce qui leur permet d’améliorer leurs produits et services. D’une certaine façon, on peut dire que ces entreprises sont plus à notre écoute, ce qui devrait améliorer leurs relations avec leurs utilisateurs. Dans l’univers du jeu vidéo connecté, les entreprises analysent les comportements de leurs joueurs et adaptent au mieux leurs produits. Le problème reste que l’utilisateur d’un produit ou service doit garder le choix de voir ses data collectées et analysées ! La transparence doit devenir l’épicentre du monde qui émerge, tout comme l’est déjà la collaboration !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s