Fidel Castro : son enfance en quelques mots.

                                                

       Fidel Castro (1926_2016) est mort, aujourd’hui c’est son enterrement, c’est une page de l’histoire mondiale qui se tourne. On connaît mal l’enfance du leader. Voici quelques éléments biographiques. Fidel Castro est né à Biràn (Cuba) le 13 août 1926. Il est le fils d’un « latifundiste » d’origine espagnole, (Galice) qui possédait près de 900 hectares de terrains, était le locataire de grandes parcelles de pinède, de terres d’élevage, en tout il avait 10000 hectares sous son autorité. Fidel naît dans une famille aisée qui a des origines pauvres :  » Je suis le fils et non le petit-fils de propriétaire terrien, si j’avais été le petit-fils je serais né dans un milieu aristocratique et toute ma culture l’aurait été! Mais là où je suis né tout le monde était pauvre. » Fidel Castro

Très jeune il se passionne pour la guerre d’Espagne , « Napoléon, Annibal ou Alexandre le grand ». Il part jeune rejoindre sa soeur à Santiago de Cuba pour étudier. Mais Fidel y trouve la misère et la faim ! La disette règne durant ces années de présidence dictatoriale de Gerardo Machado. Le seul revenu de la famille d’accueil où lui et sa soeur sont hébergés est celui que versent leurs parents pour leur éducation. C’est une période troublée composée de rébellion, de manifestation, d’opposition au pouvoir dictatorial. Une grève générale finit par paralyser le pays et lorsque l’armée l’abandonne, le despote décide alors de fuir . Fidel Castro est le témoin de tout ces évènements : « on vivait sous les bombes ».

Il rentre à l’école, il en fréquentera plusieurs. C’est celle des jésuites qu’il gardera en mémoire : « Les jésuites sont des moines très durs et très strictes. » Fidel s’y fera remarquer pour des problèmes de discipline, même si lui parle d’injustice. Plus tard il rentre à l’université de la Havane où il se spécialise en droit. Il avoue à ce sujet qu’à l’époque c’était un  « analphabète en politique » mais dans les faits cela ne dura pas. Batista fait un coup d’état en 1952 et renverse le président Carlos Prio Socarras. Fidel s’y oppose fermement. « C’est après » dit-il avoir épuisé toutes les voies légales qu’il décide d’en venir à la  « prise révolutionnaire du pouvoir ».

La tentative de prise de la caserne de Moncada le 26 juillet 1953 (date qui donna son nom au mouvement révolutionnaire qui suivit) sera un échec cuisant; la moitié des assaillants y trouvent la mort l’autre partie est faite prisonnière (torturés sur l’île des pins). Fidel lors de son procès refuse de demander la clémence au tribunal et déclare : « Je vous demande seulement la permission d’aller rejoindre(ses camarades) puisqu’il est normal que des hommes de valeur soient emprisonnés ou assassinés dans une République dirigée par un voleur et un criminel. Condamnez-moi cela n’a aucune importance l’histoire me réhabilitera » Fidel Castro

Ségolène Royal dira au nom de la France à Santiago de Cuba :«Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin. Ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la terreur» une sorte de réhabilitation.

//platform.twitter.com/widgets.js

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s