Le jazz dans la musique américaine

              Le 30 avril  sera la journée internationale du Jazz .

 

À l’occasion de la journée internationale du jazz voici une série hommage au genre musicale. J’adore le Jazz c’est le seule genre musicale que je peux écouter des heures sans me fatiguer !

Le jazz est né entre 1880 et la fin du XIXe siècle à la Nouvelle Orléans. À l’époque, on vient de sortir de la guerre de Sécession(1861 – 1865), qui permis l’abolition de l’abominable esclavage aux Etats-Unis .

Fondée par les Français, elle a par la suite connu la domination espagnole avant d’être annexée par l’Amérique. Noir-américains, Français, Espagnols et Amérindiens s’y mélangeaient plus facilement que dans les autres villes.

Le jazz fut originellement essentiellement noire-américain, empruntant au blues, spirituals et aux work songs (chansons rythmant le travail dans les champs), auxquels s’ajoutent des cuivres venus d’Europe et l’improvisation (l’invention spontanée de rythmes), venu d’Afrique.

Les premiers orchestres de jazz furent fondés sur le modèle des fanfares de la Nouvelle-Orléans. Le jazz est l’enfant métisse qu’engendra les musiques européennes et africaines. Le tronc commun surgit en 1619 quand les premiers esclaves noirs arrivèrent en Virginie. Plus tard, au début du XIXe siècle, quelques milliers de ces « Noirs » furent initiés au choral protestant. Les spirituals naquirent de cet apprentissage.

Le Mississippi et la Louisiane deviendront, pendant le XIXe siècle, les deux États berceaux du jazz. Le Mississippi est le berceau du Blues. W.C Handy (1873 – 1958), fils d’esclaves, fut l’un des premiers « Bluesman ». Brillant jeune chef d’orchestre, c’est en attendant le train sur le quai d’une gare qu’il entendit un air qui attira son attention. C’était la première fois qu’il entendait une voix si plaintive. Il prend sa plume et compose plusieurs morceaux dans ce rythme. St Louis Blues, 1914, et Menphis Blues, 1912, sont les merveilleuses conséquences de cette rencontre. Handy créa une société d’édition qui lui permit de diffuser et de commercialiser sa musique.

Le jazz de la Nouvelle-Orléans s’appuie sur le blues du Mississippi. Les deux genres vont finir par se dissocier : si le jazz se base sur les cuivres, en milieu urbain (l’évolution du jazz et le développement des villes furent analogues), le blues choisit la voix, la guitare et la campagne.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s