Le pape François souhaite-t-il réunifier les chrétiens ?

Il souhaite, même, selon ses dires, unifier tous les hommes dans le respect de leur diversité. Pour l’instant, il a fait un pas décisif vers les protestants. Le voilà participant à une prière œcuménique dans la cathédrale de Lund en Suède où il a commémoré les cinq cents ans de la réforme luthérienne. Et oui cela fait déjà cinq cent ans que naissait le protestantisme. Les deux Églises ont signé un texte qui reconnaît pour la première fois l’histoire commune des deux religions.

Cette réforme, en son temps, ne fut pas du goût des catholiques et entraîna dans son sillage des affrontements sanglants tel le massacre de la Saint-Barthélemy et de grands déplacements provoqués, par exemple, par la révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV. Ce ne sont que quelques exemples montrant la révolution majeure que fut cette réforme.

Au XVIe siècle, l’Église catholique romaine est puissante et omnipotente. Ceux qui s’opposent à son pouvoir sont souvent exécutés pour blasphème.

Le voyage de Martin Luther en 1510 à Rome, au cœur de l’Église romaine, le révolte. L’argent de tous les continents y afflue. En effet, l’Église prélève plusieurs taxes sur la vie quotidienne, dont la dîme, un impôt obligatoire payé par les paysans, et, en retour, veille sur les âmes. Ce qui surprend Luther, c’est le commerce des indulgences, une sorte d’achat du salut : on peut en acheter pour soi et pour ses proches décédés. Le pape Léon X ruine l’Église par son goût du faste non dissimulé et le commerce des indulgences en renfloue les caisses.

Martin Luther, désormais professeur de théologie à l’université de Vitenberg en Saxe, critique la papauté et le fonctionnement de l’Église romaine. Furieux, il rédige en 1517 une longue liste de critiques, les fameuses quatre-vingt-quinze thèses contre les indulgences et le comportement du pape, qui seront diffusées largement, car placardées sur la porte de l’église du château de Vitenberg : « La bénédiction de Dieu est à la portée de tous sans que les clés du pape soient nécessaires. » « Les indulgences sont pernicieuses, car elles apaisent faussement »… L’invention de l’imprimerie occidentale (1454) lui permet de diffuser ses idées.

Luther a un style direct, drôle, ses écrits s’accompagnent de gravures démonstratives qui portent une idée simple : le pape est l’antéchrist. Les fidèles sont conquis. Le pape met en place des autodafés, il l’excommunie et souhaite le faire condamner pour hérésie.

Luther décrit, dans son Manifeste à la noblesse chrétienne de la nation allemande, comment l’argent des fidèles est détourné par l’Église romaine. Il s’adresse aux dirigeants politiques du Saint-Empire germanique en espérant que l’empereur, les rois et les princes combattront par le fer contre le pape qu’il qualifie de vermine. Frédéric de Saxe le protège. Charles Quint lui ordonne de se rétracter. Il ne flanche pas devant la diète de Worms où il comparaît. En face de lui, les hommes les plus puissants d’Europe : Charles Quint, l’empereur du Saint-Empire romain germanique, les princes allemands, le légat du pape…

La réforme se transforme en schisme. Luther traduit la Bible en allemand pour la rendre plus accessible. Par contre, il n’est pas partisan de la lutte des classes. Il ne défend pas l’abolition de la féodalité, pire, il condamne les désordres provoqués par la révolution sociale, les jacqueries, afin de garder ses soutiens dans la noblesse. Quand cent mille paysans révoltés sont assassinés, il les assimile à Satan. Il est antisémite et appelle à persécuter les juifs. Il déteste également les Turcs.

Il se marie avec Catherine de Bore et a de nombreux enfants. Il continue son œuvre d’écriture jusqu’à sa mort en 1546.

La réforme de Luther a pourtant changé le cours de l’histoire : nous devons écouter notre conscience, l’individu doit défendre ses convictions, tous les fidèles sont les prêtres de Dieu, l’homme peut prendre son destin en main… Il préfigure ainsi la pensée moderne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s