Le retour d’ Épicure ?

Les six raisons qui font du XXIe siècle celui d’Épicure

1) Il est viscéralement contemporain.

Épicure est un philosophe autodidacte qui décide, contrairement à ses contemporains, de pratiquer la philosophie sans guide. Il préfère créer un cercle, « Le jardin », à Athènes, une école de philosophie où il professe sa doctrine originale, profitant de l’abrogation du décret qui limitait l’ouverture d’écoles philosophiques et stipulait que, sous peine de mort, « aucun philosophe ne pouvait diriger une école sans autorisation de la Boulè et du peuple » (été 306).

2) Il croit en l’égalité des humains.

Platon et les stoïciens sont des sexistes notoires. « Le silence est la parure de la femme », affirmait Aristote. Les épicuriens ne mangent pas de ce pain-là ! Dans leur communauté, les femmes, souvent des courtisanes cultivées, et les hommes sont égaux ! Tout comme les citoyens et les esclaves ! Tout le monde peut participer à la conversation.

3) Grâce à sa définition de l’amitié.

Sa définition de l’amitié, « philia », est sûrement celle de l’amour aujourd’hui. L’amitié, selon Épicure, c’est quand on ne fait plus la différence entre son propre intérêt et celui de l’ami. Cela se matérialise par le don mutuel, la sincérité et la liberté de parole. L’amitié est l’un des éléments essentiels du bonheur épicurien : « De tous les biens dont la sagesse se munit pour que la vie soit tout entière bienheureuse, le plus important, et de loin, est la possession de l’amitié » (27 maximes capitales d’Épicure).

4) Grâce à sa définition du bonheur.

Le « nirvana » des épicuriens est l’ataraxie (la tranquillité absolue de l’âme), la recherche des plaisirs stables qui vise l’équilibre des affects et des émotions. Elle s’oppose à l’« apathéia », l’insensibilité et l’impassibilité chères aux stoïciens, qui vise à neutraliser toute émotion et tout affect. L’un des disciples d’Épicure, Philodème de Gadara, résume ainsi la philosophie de son maître : « Le dieu n’est pas à craindre, la mort ne donne pas de souci et tandis que le bien est facile à contenir, le mal est facile à supporter. »

5) Grâce à sa définition du plaisir.

Le plaisir est le facteur essentiel du bonheur, selon Épicure. C’est aussi la finalité de la vie. Nous savons que le plaisir est l’émotion qui suit la satisfaction d’un désir. Pour Épicure, la vertu la plus importante est la prudence qui permet de discerner les désirs naturels (faim, soif…), dont la satisfaction est nécessaire pour survivre, les désirs naturels mais non nécessaires (le désir sexuel, les plaisirs poétiques, philosophiques…) qu’il faudra limiter car ils peuvent conduire le sujet à sa perte, et enfin, les désirs vains qu’il faut éliminer, tels que la puissance, la richesse, la gloire…

6) Grâce à sa philosophie de vie.

Pour Épicure, il faut absolument se défaire de ses craintes pour vivre heureux. Les ennemis du bonheur sont donc les superstitions, les fables, les phobies, les peurs, les mythes, les religions. Pour se libérer, une seule solution : la pratique de la philosophie comme un art de vivre. « La philosophie est une activité qui, par les discours et les raisonnements, nous procure la vie heureuse. » La philosophie est elle-même un plaisir : « Apprendre et jouir vont ensemble. » La philosophie permet à l’homme de vivre « tel un dieu parmi les hommes ». Et la vérité se trouve dans la sensation, ce qui est très original pour l’époque : Platon pense, par exemple, que le bonheur se trouve dans l’intelligible, que le sensible est le lieu de l’erreur et de l’illusion.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s