Mannequin, l’âge d’or d’une profession, avec Bettina Graziani

@Bettina Graziani (in a suit by Lucille Manguin) photographed by Georges Dambier  – March 1953

Née Simone Bodin en 1925, la future Bettina Graziani, célèbre mannequin du début du XXe siècle, est une self-made-woman qui grandit dans un milieu modeste et monoparental. Sa mère, institutrice, l’initie à la danse et à la peinture. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle se réfugie chez sa grand-mère qui meurt dans un bombardement. Après la guerre, elle monte à Paris chez sa sœur, dans le but de devenir illustratrice de mode. Elle subsiste en gardant des enfants tout en faisant la promotion de ses dessins.

Jacques Costet, impressionné par son port de tête, l’engage en tant que mannequin. Elle devient la chouchoute des clientes, fascinées par son allure et son détachement. C’est au milieu de sa gloire naissante qu’elle rencontre celui qui lui donne son nom, le journaliste et photographe Benno Graziani. Ils se marient en 1946.

Elle travaille plus tard pour Lucien Lelong, puis Jacques Fath qui la surnomme Bettina, car il y a déjà une Simone dans sa cabine. Son nom est alors synonyme d’élégance et de modernité, elle incarne les années cinquante. Elle est en couverture de la première édition du magazine Elle dirigé par Hélène Lazareff qui, avec son mari, organise les fameux déjeuners de Louveciennes où Bettina fait fureur. Elle reçoit les conseils du photographe Irving Pene, qui lui suggère de marquer les contrastes de son visage en colorant sa bouche en noir, et ceux de Jacques Fath, qui lui demande de couper court ses cheveux. Elle voyage à New York où elle travaille pour l’agence Ford Models et devient le mannequin le plus célèbre de l’époque. De retour à Paris, elle divorce et entre chez Hubert de Givenchy où elle s’occupe des relations publiques de la nouvelle marque. Hubert crée la blouse « Bettina » en son honneur.

En 1955, elle est le mannequin le mieux payé du monde. Elle tombe amoureuse du prince Ali Khan, un jetsetter, ex-mari de la sensuelle Rita Hayworth, avec qui elle mène la grande vie, dans un tourbillon de fêtes, de courses de voitures et hippiques sans interruption jusqu’à l’accident de voiture en 1960 qui coûte la vie à son prince et à l’enfant qu’ils attendaient.

En 1969, Coco Chanel rend hommage à Bettina à travers une collection. Récemment, en 2008, elle conçoit une ligne de maille avec Adeline André. Bettina Graziani s’est éteinte en 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s