Peaky Blinders saison 3 : la découverte des Russes blancs

         Mais qui sont ces hommes et ces femmes ayant fui la Russie devenue soviétique pour se réfugier en Europe ? Et, de là, comment vont-ils mener la reconquête de leur pays tombé aux mains des soviets ? Voilà le thème de la troisième saison de Peaky Blinders. Les Russes « blancs », c’est-à-dire dissidents du régime soviétique et partisans du tsarisme, constituent un pan d’histoire peu étudié par les spécialistes et pourtant riche d’aventures. Faisons connaissance !

En 1917, parce qu’ils avaient besoin d’argent, les bolcheviks vendent une partie des bijoux et autres biens de valeur trouvés en Russie, appartenant aux classes supérieures du régime déchu tsariste. Nicolas II, dernier tsar, en avait notamment caché au couvent Saint-Jean de Tobolsk, en Sibérie, ainsi qu’au Kremlin. Ces trésors sont emportés par certains Russes, dits « blancs », dans leur exil et leur permettent de survivre à Londres, par exemple, où ils avaient demandé asile.

Sous le commandement notamment du général Anton Dénikine (réhabilité en 2005 par la Russie), l’armée des volontaires, composée de tsaristes, de monarchistes constitutionnels, de républicains, de socialistes et d’anarchistes, donc un regroupement des mouvements contre-révolutionnaire, perd la guerre civile contre les bolcheviks, car les factions sont trop divisées. Il n’y a pas assez de coopération entre elles et leur programme n’est pas assez séduisant pour les classes populaires : elles prévoient en particulier de restituer les grands domaines terriens à leurs propriétaires. Il faut également reconnaître que les bolcheviks sont en supériorité numérique. Des milliers de Russes blancs réfugiés fuient donc la Russie bolchevique sous la contrainte pour s’éparpiller dans le reste du monde. On les retrouve, selon Alexandre Jevakhoff, à Paris, Berlin, Londres, Istanbul ou encore en Chine. Ce sont des intellectuels, des contre-révolutionnaires, des personnes de la haute société… Ceux qui s’installent à Paris travaillent dur et marquent à jamais la ville de leur empreinte culturelle.

Dans la fiction Peaky Blinders, on voit les réfugiés russes installés à Londres préparer des exécutions de communistes. Pour ce faire, ils engagent les Peaky Blinders qu’ils paient avec des bijoux. Avec une esthétique parfaite et une interprétation brillante, on comprend, dans cette troisième saison, comment l’évolution sociale impacte les gangsters de Birmingham. À voir absolument !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s