L’air : Lamartine

       
                                                    

Que le vent qui gémit,

le roseau qui soupire

Que les parfums légers de ton air embaumé,

Que tout ce qu’on entend,

l’on voit ou l’on respire,

Tout dise : Ils ont aimé ! 

                                           Alphonse de Lamartine Extrait du lac


      
Avant l’avènement de la science moderne existait la science naturelle les quatre éléments permettaient alors de saisir l’essence du monde. Selon Marc-Aurèle il faudrait : « Se rappeler toujours cette sentence d’Héraclite : La mort de la terre, c’est de se changer en eau ; la mort de l’eau, c’est de se changer en air ; la mort de l’air, de se changer en feu ; et réciproquement. » (Pensées pour moi-même – Livre IV). Notre collection capsule les quatre éléments est un hommage à la science naturelle !

 

 


               

                                         

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s