Roman: Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

BBC

                     Défis d’un monde moderne

En ce 10 mai 2015, nous commémorons l’abolition de l’esclavage. Cette date correspondant à l’adoption par le Parlement, le 10 mai 2001, de la loi Taubira reconnaissant notamment la traite négrière transatlantique. Aujourd’hui, en Occident du moins, l’esclavage semble avoir disparu, mais son fils, le racisme, lui, a bien survécu.

Sur le sujet, je vous recommande vivement la lecture d’Americanah, le magnifique roman de Chimamanda Ngozi Adichie, traduit par Anne Damour et édité chez Gallimard, qui décrit très bien le monde moderne et globalisé dans lequel nous vivons. Il met en lumière les problèmes de racisme, de sexisme, d’identité et d’accomplissement personnel au centre des préoccupations des hommes du XXIe siècle. Ce roman explore aussi les conditions de l’expatrié moderne à l’heure du numérique. C’est l’histoire de jeunes Nigerians : Obinze, un entrepreneur ambitieux, et Ifemelu, son amour d’enfance, qui quitte le Nigeria pour étudier en Amérique et deviendra une blogueuse influente en contant la vie des Afro-Américains sur Internet.

Ifemelu ressemble à Chimamanda, l’auteur du roman qui est née en 1977 à Enugu dans le sud du Nigeria. Fille d’un professeur de statistique à l’université, elle décide, comme l’héroïne de son roman, de quitter le Nigeria pour poursuivre des études aux États-Unis. Chimamanda racontera le choc que ce changement d’environnement provoqua dans sa vie : « Quand on vient d’Afrique de l’Ouest, où la question de la race ne se pose pas en termes d’identité, c’est vraiment terrible d’arriver aux États-Unis et de découvrir du jour au lendemain que vous êtes noire. Il vous faut donc repenser non seulement qui vous êtes, mais aussi quelles interactions vous allez pouvoir désormais entretenir avec le monde qui vous entoure. » Pourtant, son expérience montre bien les deux faces de la question raciale aux États-Unis. Elle représente l’american dream, avec un diplôme de communication et de science politique obtenu avec les honneurs, suivi par la publication de ses poèmes puis de son premier roman, L’Hibiscus pourpre, sur le thème du Nigeria postcolonial. Son second roman, L’Autre Moitié du soleil, un succès international, parle de la guerre du Biafra (pendant laquelle son grand-père a disparu dans un camp de réfugiés) et a été adapté au cinéma en 2014.

Tout cela contraste avec l’actualité à Baltimore qui nous rappelle à quel point racisme et classe sociale sont intimement liés. Cela ne veut pas dire que tout a été facile pour Chimamanda, bien au contraire ! En 2012, à Londres, elle donne une conférence intitulée « Nous sommes tous des féministes » où elle évoque son combat féministe, sa lutte contre les stéréotypes de genre et de race. Beyonce reprendra dans son tube Flawless quelques extraits de ce discours, aidant ainsi à diffuser ses idées. Brad Pitt, producteur du film de Steve McQueen, Douze ans d’esclavage, vient d’acheter les droits d’Americanah. Il semblerait que le rôle d’Ifemelu reviendrait à la talentueuse actrice « oscarisée » Lupita Nyong’o. Elle sera pertinente dans le rôle de cette jeune femme d’une infinie richesse, visage de cette jeunesse moderne et mondialisée en mal de repères culturels et pleine de doutes !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s